Travailler et voter le dimanche

L’employeur qui fait travailler ses salariés le dimanche doit-il obligatoirement les laisser aller voter ?

Jusqu’au 6 août 2015, le droit de vote des salariés soumis au travail dominical n’était pas expressément protégé par le législateur, et ces derniers devaient donc « négocier » avec leur employeur pour concilier prestation de travail et devoir civique.

Depuis la loi dite « Macron », « lorsque le repos dominical a été supprimé le jour d’un scrutin national ou local, l’employeur prend toute mesure nécessaire pour permettre aux salariés d’exercer personnellement leur droit de vote » (article 3132-26-1 du code du travail).

Il s’ensuit que :

– L’employeur doit désormais laisser ses salariés aller voter, sans pouvoir leur imposer de voter par procuration.

– Il n’est toutefois soumis qu’à une obligation de moyens, ce qui signifie que sa responsabilité ne pourra être pas recherchée s’il parvient à démontrer qu’il était dans l’impossibilité totale de prendre de telles mesures.

– Rien ne l’oblige à payer ses salariés pour leur temps d’absence, la liste des absences donnant droit à rémunération étant limitativement fixée.

– De leur côté, les salariés ne pourront se voir infliger une sanction s’ils s’absentent pour aller voter. Sous réserve, naturellement, de s’être organisés au préalable avec leur employeur quant à l’heure de leur absence.

En pratique, il est donc conseillé aux employeurs de prévoir, dans les jours qui précèdent les élections, l’organisation à mettre en place au sein du service pour que chacun des salariés puisse aller voter, sans que son absence ne nuise au bon fonctionnement de l’entreprise.

Autres articles

Laisser un commentaire